Peut-on espérer que Black Adam soit le grand sauveur du DCEU ? Il y a de l’espoir et beaucoup de choses à retenir, mais est-ce que ça suffira ?! Pas sûr ! S’il est certain que le nouveau film de Jaume Collet Serra est généreux en moments épiques permettant au héros incarné par Dwayne Johnson de faire une entrée fracassante, pas sûr qu’on puisse compter sur ça pour remettre la franchise en difficulté sur les rails.

Où en est le DCEU ?

Depuis la sortie de la Snyder Cut Justice League de Zack Snyder la licence qui fait concurrence à Marvel a bien du mal à avancer. 

Encore pire, nombreux sont les projets annulés (le film Batgirl à plus de 100 millions de dollars), ou en bien mauvaise posture (Le film The Flash qui subit les agissements de son héros Ezra Miller), sans oublier la suite de Justice League Version Longue qui n’a pas eu le feu vert pour une suite, la dernière production en date à avoir reçu un accueil plus que correct auprès de la critique et des spectateurs est The Suicide Squad signé James Gunn

En dehors de ça la licence a divagué vers des productions indépendantes comme Joker sorti en 2019 et The Batman sorti en Mars dernier. Les deux ont reçu un accueil unanime permettant même la mise en chantier d’une suite. 

Ce qui nous ramène à Black Adam l’un des derniers héros pas encore introduit au sein du DCEU, si son film est aussi important c’est aussi parce que les possibilités avec le personnage sont nombreuses. On parle depuis un moment d’une rencontre avec Shazam (le super héros incarné par Zachary Levi qui bénéficiera d’une suite prochainement, nommée Fury Of The Good), mais surtout d’un affrontement avec l’icône Superman incarné par le redoutable Henry Cavill

Chose qui devient de plus en plus concrète ! Mais avant de trop se projeter vers un futur pas tout à fait défini, concentrons nous sur ce nouvel opus.

Dwayne Johnson fait une entrée fracassante dans "Black Adam"

UN DIVERTISSEMENT SAUCE SNYDER

On peut déjà dire qu’on passe un excellent moment devant, chaque séquence de destruction (oui à ce rythme là c’est même plus de l’action) est un régal, ça explose de partout, ça se bat dans tous les sens, Jaume Collet Serra prend goût à utiliser les ralentis pour bien intensifier chaque moment stimulants, imitant certainement Snyder. Et il l’imite plutôt bien parce qu’on prend vraiment goût à tout ce qui passe à l’écran, puisque tout est filmé avec largeur, Collet Serra donne de l’envergure à son film. 

Les images sont belles, Dwayne Johnson a de la place pour s’imposer. Une scène où Teth Adam flotte à la surface de l’eau puis en émerge avec puissance rappelle le grandiose Man Of Steel.

DWAYNE JOHNSON UN ANTI-HÉROS LARGEMENT À LA HAUTEUR

Ce dernier a d’ailleurs le droit à une entrée en scène assez iconique. Enfin libéré de 5000 ans d’enfermement, dissimulé sous sa capuche, Teth Adam ne tarde pas à faire des ravages autour de lui découvrant par la même occasion le monde qui a changé et évolué. 

Parce que oui, comme nous l’explique très bien l’ouverture façon mythologie à laquelle ont a si souvent le droit en introduction, Teth Adam a perdu sa famille le plongeant dans une colère noir, il a utilisé les pouvoirs acquis des tout-puissants dieux pour se venger, et suite à cela fût emprisonné.

Une introduction qui rappelle un autre héros, celui de Apocalypse dans la saga X-Men, qui se réveillait d’un très long sommeil et découvrait ensuite l’évolution humaine. Mais bien entendu les deux personnages n’ont pas les mêmes objectifs. 

Là où Apocalypse était un méchant, Teth Adam est un anti héros qui doit retrouver sa place dans sa capitale d’origine qui a évolué sans lui. Mais il se trouve que des héros pas encore révélés s’y trouvent, et c’est aussi là où Black Adam trouve sa force, une alchimie entre notre héros et le jeune fils de notre héroïne ayant libéré Teth se forme, une belle façon de mettre en avant la nouvelle génération qui grandit avec cette nouvelle ère, Black Adam représentant une légende héroïque pour son pays .

Dwayne Johnson domine dans "Black Adam"

ET LA JUSTICE SOCIETY DANS TOUT ÇA ?

L’icône nationale est donc bien représentée, et voilà où le film trouve ses atouts, dans la représentation de son héros par rapport à la population, et évidemment dans l’histoire qui lui est propre, même si c’est une back story très classique. 

Quand aux protagonistes secondaires, notamment ceux qui forment la « Justice Society » dont le Docteur Fate/Kent Nelson incarné par Pierce Brosnan ou encore Atom Smasher (Noah Centineo) et Maxine Hunkel (Quintessa Swindell), on les apprécie pour la sympathie qu’ils dégagent mais ils n’apportent pas grand chose à l’intrigue, on se questionne beaucoup sur leur implication au sein de l’histoire et sur leur avenir au sein de la licence.

Sarah Shani et Pierce Brosnan dans "Black Adam"
Atom Smasher (Noah Centineo) essaye d'arrêter Teth Adam dans "Black Adam"

Black Adam au même titre que la licence à laquelle il appartient repose donc majoritairement sur les épaules de son anti-héros, ainsi que l’action très généreuse, sans oublier la scène post crédit qui remet un certain super héros iconique au goût du jour et qui devrait en ravir plus d’un. 

C’est explosif, jouissif, généreux et le teasing pour l’avenir du DCEU est plaisant, en soit toutes les étoiles sont alignées pour que Black Adam amorce une nouvelle ère.

Le film est disponible au cinéma depuis ce Mercredi 19 Octobre

Voir la bande-annonce :

Partager l'article :