Et de trois ! Après la Môme (2007) consacré à Edith Piaf et Grâce Kelly dans Grâce de Monaco (2014), Olivier Dahan s’attaque à une nouvelle figure féminine ayant marqué son époque, avec Simone Veil.

SIMONE UNE HÉROÏNE POLITIQUE MAIS PAS QUE !

Simone Veil brillante magistrate d’origine juive, reconnue pour avoir lutté toute sa vie pour l’égalité des femmes. Son parcours à de quoi nourrir un script et rameuter du monde en salles. Et tout juste ! Les premiers instants montrent que Olivier Dahan veut donner de la voix à son film, Simone clame avec conviction son opinion tranchée sur le droit à l’avortement des femmes si la grossesse est non désirée, une thématique très actuelle pour lancer un biopic sur la première femme ayant occupé une place très importante au sein du gouvernement tant ses actions ont impacté la France. 

Mais Simone : Le Voyage du Siècle n’est pas qu’un film féministe ni politique, mais surtout un film sur une représentante des femmes déterminée à leur rendre leur dignité, chose qui sera montrée dans une séquence des plus réaliste où Simone visite une prison et constate que les lieux sont insalubres et que les femmes sont misérablement abandonnées et malades.

Elsa Zylberstein incarne avec justesse Simone Veil

Pour toutes ces scènes là où nous suivons l’avènement politique de Simone et sa construction tant intime et personnelle que dans la société, c’est la révélation Rebecca Marder de la comédie française qu’on a pu voir dans La Rafle (2010) et Seize Printemps (2021) qui incarne Simone. Et autant dire qu’une certaine assurance se dégage de l’actrice de 27 ans, elle tient tête aux plus hauts gradés de l’État et affirme sa volonté. Son combat est inspirant, son histoire est bouleversante et Olivier Dahan à su en saisir les points clés, sans mensonge ou éléments fictifs. 

Et parlons en du mensonge, une des grandes valeurs de Simone qui choisit l’inconfort de la situation plutôt que mentir face au peuple bien que ça lui soit recommandé, preuve en est que le Voyage du Siècle est un portrait réfléchi axé sur le comportement humain de son héroïne. Elle qui a vu et échappé à la mort de très près, voilà qui renforce la crédibilité du film porté par une Elsa Zylberstein qu’on ne reconnaît pas sous les traits vieillissants et la haute coiffure de la dame à qui elle redonne vie, sa performance est bluffante. 

Mais après tout c’était la même chose pour Marion Cotillard 15 ans auparavant, elle qui ne jouait pas Edith Piaf mais l’était devenue avec une grâce immense, rôle qui avait valu à Cotillard le César de la Meilleure Actrice, mais quelle évidence ! C’est bien là où Olivier Dahan assure, il transforme ses actrices, et elles deviennent une autre femme, mais pas n’importe laquelle.

UN FILM ENCORE TRÈS ACTUEL

Un film fort, qui résonne encore très justement et correspond encore à notre actualité même si depuis la bataille de Simone Veil les choses ont changées et évoluées, mais il y a encore des marques du passé. La mémoire des victimes d’Auschwitz grave encore le présent, et Simone : Le Voyage du Siècle nous ramène à cette terrible phase de l’histoire du monde. 

Le passé n’est pas renié mais réactualisé avec le point de vue de Simone Veil qui fût une des innombrables victimes de la déportation, elle qui a perdu parents et fratrie, et s’en est d’autant plus prenant que jamais nous n’avions vu les faits à l’intérieur des camps, tout ce que nous avions jusqu’à présent c’était des archives, des photos et tout ça prend désormais forme avec des scènes poignantes qui serrent le cœur.

Elsa Zylberstein méconnaissable en Simone Veil

Le désespoir des femmes durant la déportation des juifs, et l’ascension de Simone Veil au gouvernement pour être leur porte-parole, Olivier Dahan a bel et bien choisi de raconter un parcours, une évolution spectaculaire d’une des premières femmes engagées. Lors d’une scène qui intervient vers le climax, Simone Veil se promène dans un marché parmi les autres citoyens, et est chaleureusement remerciée par plusieurs femmes pour tout ce qu’elle a fait, pour son influence sur le monde qui a changé la face des choses pour la population féminine .

Simone : Le Voyage du Siècle sera sans aucun doute le film le plus inspirant et le plus engageant de l’année, loin d’être uniquement un film politique c’est aussi un film sur la place d’une femme dans la société et son combat pour l’égalité pour tous. Olivier Dahan assure un biopic humain et solide (et accessible pour un jeune public) en offrant à Elsa Zylberstein un rôle précieux pour un film important et juste.

À noter qu’un film sur Simone Veil nommé « La Loi » réalisé par Christian Faure avait déjà vu le jour en 2014, Simone était incarnée par Emmanuelle Devos .

Le film est disponible depuis le 12 Octobre au cinéma

Voir la bande-annonce :

Partager l'article :