? Réalisatrice : Hanna Bergholm

? Casting : Siiri Solalinna, Sophia Heikkilä, Jani Volanen, Reino Nordin

? Genre : Épouvante, Horreur

? Pays : Finlande

? Sortie : 2022

Synopsis : Tinja a 12 ans. Sa mère la pousse à faire de la gymnastique, exerçant sur elle un perfectionnisme malsain. Une nuit, la jeune petite fille va faire la découverte d’un œuf bien étrange, qu’elle va cacher, puis couver. Jusqu’à l’éclosion d’une inquiétante créature…

Plus d’infos ici

Egō a remporté le Grand Prix à Gerardmer cette année, et nous avons donc sauté le pas sur le blu-ray. Une chose et sûre, nous ne regrettons pas notre choix.

Le film est superbe, à mis chemin entre la douceur de Spielberg et la mise en scène acérée de Bayona. Et dire que c’est le tout premier film de cette réalisatrice finlandaise. L’exploit est d’autant plus marqué qu’il est quasi-impossible d’obtenir un financement pour un film d’horreur ou de genre dans les pays scandinaves, malgré les succès de Cold Prey et surtout Morse, devenu un film culte.

La sortie de ce film tient donc du miracle. Le film rentre dès les premières secondes dans le vif du sujet. Nous sommes plongés au cœur de cette famille finlandaise, dirigée d’une main de fer par la mère, influenceuse 2.0 qui tient un blog « notre vie parfaite ».

Ego, le film d'horreur finlandais doublement primé à Gérardmer directement  en VOD : la bande-annonce - Sortiraparis.com
L’angoisse est au cœur d’Egō

Le décor est planté, surligné par l’aspect du quartier où vit cette famille, tout droit sorti de Edward aux mains d’argent ou encore Vivarium. Le cauchemar commence lorsqu’un oiseau pénètre dans la demeure, avant de casser vases et autres bibelots. La petite fille, Tinja, trouve un œuf et va tout faire pour protéger la créature qui va en surgir. Créature qui, sans trop en dire, nous inspirera à la fois de l’angoisse lorsqu’elle se cache et de la pitié lorsqu’elle se recroqueville dans un coin.

Le film bascule coup sur coup du comte familial, satire sociétale, thriller domestique, avant de sombrer dans l’horreur pure, et notamment du body horreur, revenu à la mode ces derniers temps.

Vous l’aurez compris, Egō est un film à voir, même pour les plus sensibles qui se laisserons bercer par le scénario captivant de la réalisatrice.


Note

Note : 7.5 sur 10.

7.5/10


Bande-Annonce

Partager l'article :

Leave a comment