Il a si souvent parlé de la famille, et des relations au sein des foyers que désormais, il parle de l’enfance en son sein, mais pas que. James Gray est donc de retour avec Armageddon Time son nouveau film, trois ans après l’intime et spectrale Ad Astra, dans lequel il déploie ses caméras à la hauteur d’un enfant aux rêves utopiques en racontant une amitié compliquée par les discriminations raciales.

LA FAMILLE ENCORE ET TOUJOURS

Nous sommes en 1980 dans le Queens et voilà que l’auteur des polars familiales par excellence s’empare de ses souvenirs de jeunesse, pour évoquer le rêve américain, et l’innocence dans une Amérique sous Reagan. James Gray fait le point sur son cinéma et rappelle ses œuvres précédentes. Anthony Hopkins qui joue le grand-père de notre jeune héros Paul, cite Ellis Island pour raconter l’époque où il débarqua aux États-Unis, lieu et prémices de l’intrigue de The Immigrant sorti en 2013, dans lequel Gray parlait déjà de racisme avec les Juifs. Dans Armageddon Time, nous avons également affaire à une famille juive qui en a souffert par le passé. À noter qu’au détour d’un plan où Paul et Johnny gambadent à Central Park on aperçoit un pont qui servait déjà de décor dans The Immigrant.

Enfin de la joie et de l'amitié chez James Gray

QUAND JAMES GRAY SE RÉPOND À LUI MÊME

On peut déceler en ces souvenirs d’enfance une alternative à Little Odessa (son premier film) ou plutôt une image plus réaliste d’une famille américaine des années 80. Rappelons-nous Edward Furlong qui jouait un adolescent paumé, délaissé par un père absent et violent, et un frère voyou, là, c’est tout le contraire Paul est encadré par une famille respectable veillant à lui assurer un bel avenir.

Finalement, James Gray répond à son cinéma, et de manière bien plus bohème, on assiste à une amitié honnête et solitaire entre deux garçons qui envisagent un avenir ailleurs loin des injustices subies par Johnny sur les bancs de l’école, parce que pour la première fois Gray parle de la scolarité, et ce, dès les premières minutes du film, où nous sommes dans une salle de classe témoin des premiers essais artistiques de Paul, qui n’aspire qu’à devenir un artiste.

Anthony Hopkins un soutien de poids pour Paul

« Tu pourras toujours être un artiste, rien ne t’en empêchera » lui dit Anthony Hopkins lors d’un dîner houleux. Et si Gray se rappelait ses propres dîners de famille, et ce désir de devenir un artiste de cinéma. Il est certainement possible que le réalisateur ne fasse en réalité qu’un avec son jeune héros, et que ce nouveau film soit en grande partie autobiographique. Il y a une scène où Paul s’imagine être acclamé pour sa peinture représentant un super-héros, une image assez visionnaire finalement.

« Signe tes œuvres, les grands artistes signent toujours leurs œuvres. »

À croire que Gray projette en Hopkins le mentor qu’il eût par le passé et qui lui inculqua les meilleures leçons.

LE GRAY LE PLUS PARLANT ?

Armageddon Time est aussi un des plus beaux films sur la pré-adolescence qu’on ait eu depuis plusieurs années (si ce n’est le meilleur), une œuvre, tantôt, tire les larmes tantôt pleines de gaieté, qui séduit par ses regards saints délivrés par de jeunes acteurs formidables (Banks Repeta et Jaylin Webb), accompagnés par des performances fortes (Jeremy Strong qui joue le père), voilà un James Gray agréable qui après ses polars familiaux, choisit de réveiller l’enfant qu’il a sûrement été, et celui que nous avons été. Parce que pour une fois James Gray parle à tout le monde. L’école buissonnière, l’amitié, le racisme, l’influence de l’un sur l’autre, des rêves brisés, un changement d’établissement scolaire, ce sont des thématiques qui peuvent parler à tous et c’est pour cette raison que c’est son œuvre la plus accessible, et la plus parlante. Mais c’est aussi une occasion pour le réalisateur de se renouveler à nouveau, il l’a prouvé avec Ad Astra, il continue sur cette lancée, et c’est une réussite.

Anne Hathaway dans "Armaggedon Time"

JAMES GRAY SNOBÉ PAR CANNES ET HOLLYWOOD….. TANT PIS

Le cinéma de James Gray a toujours été en retrait de l’industrie hollywoodienne, ce qui n’empêche pas d’être cueilli par chacune de ses propositions, voilà une preuve de plus. Un film qui nous rapproche de son auteur. Juvénile, générationnel et plein de force. La palme d’or lui est passée sous le nez et pourtant Armageddon Time sera certainement une référence dans les années à venir. Que c’est beau et passionnant James Gray.

Le film sort en salles ce 9 novembre.

Voir la bande-annonce :

Partager l'article :