Affiche du film ©

? Réalisateurs : Byron Howard et Jared Bush

? Casting : Stephanie Beatriz, Diane Guerrero, Rhenzy Feliz

? Genre : film d’animation

? Sortie : 24 novembre 2021

Plus d’infos ici

Synopsis : Dans un mystérieux endroit niché au cœur des montagnes de Colombie, la fantastique famille Madrigal habite une maison enchantée dans une cité pleine de vie, un endroit merveilleux appelé Encanto. L’Encanto a doté chacun des enfants de la famille d’une faculté magique allant d’une force surhumaine au pouvoir de guérison. Seule Mirabel n’a reçu aucun don particulier. Mais lorsque la magie de l’Encanto se trouve menacée, la seule enfant ordinaire de cette famille extraordinaire va peut-être se révéler leur unique espoir…

« Je vais sauver la magie ! » dit Mirabel, personnage principal du 60ème classique d’animation Disney, Encanto, dans la bande-annonce de ce dernier. On aurait pu espérer que cette interjection s’applique également au studio lui-même, ses dernières productions n’étant pas à la hauteur de ce qu’il avait pu offrir auparavant. Malheureusement, ce n’est pas avec Encanto que le changement va s’opérer.

« Une maison divisée contre elle-même s’écroule » – Abraham Lincoln

Encanto nous conte l’histoire de la famille Madrigal qui, à la suite d’un événement tragique, a reçu une bougie magique. Cette dernière rend la maison vivante (littéralement) et confère à chacun des Madrigal un pouvoir exceptionnel : une force incroyable pour Luisa, faire pousser la végétation à sa guise pour Isabella, ou soigner grâce à la nourriture pour Julieta. Malheureusement, Mirabel, la protagoniste, n’a pas reçu de don, ce qui a fragilisé le pouvoir de la bougie et par conséquent les dons de toute la famille et de leur maison magique. Mirabel n’a alors plus qu’une seule idée en tête : trouver comment sauver la magie.

La matriarche Madrigal avec la bougie magique ©
La matriarche Madrigal avec la bougie magique

Bien évidemment, cette histoire de maison qui s’écroule n’est qu’un énième prétexte pour raconter une histoire de famille qui se déchire et qui se réconcilie, la maison étant bien sûr une métaphore du foyer. Cette idée, Disney nous l’a déjà servie maintes et maintes fois de Frozen à Coco. Le problème est que, contrairement à ces derniers, Encanto ne prend jamais réellement la peine de développer correctement son propos.

En effet, le premier tiers du film est consacré à une introduction à l’univers du film, et le deuxième à la mise en place de l’intrigue. Le dernier tiers est quant à lui dédié à aux péripéties et à la résolution, ce qui est bien sûr trop peu pour donner un véritable caractère aux personnages et qui ne permet pas de développer une véritable histoire.

Le film termine là où il devrait commencer, et son dénouement arrive de manière bien trop brutale pour permettre d’apporter une résolution logique à son scénario. On a donc l’impression de regarder une introduction de 1h30, ce qui est dommage étant donné le potentiel du film.

De bonnes idées … mal exploitées

Ce qui rend l’échec d’Encanto encore plus dommage, c’est que les idées visuelles auraient pu rattraper la faiblesse de son scénario. Malheureusement, ces dernières sont trop peu exploitées pour être mémorables.

Chaque membre de la famille Madrigal a son propre pouvoir ©
Chaque membre de la famille Madrigal a son propre pouvoir

Déjà, les quelques fois où l’on voit la maison interagir avec ses habitants sont particulièrement bien pensées. Au début du film, elle apporte par exemple les chaussons de Mirabel en les faisant rouler grâce au plancher. De même, ses émotions sont parfaitement exprimées à l’aide des éléments qui la composent, comme les volets qui battent ou les briques qui se lèvent pour mimer un haussement d’épaule. Cependant, ces quelques interactions sont trop rares, ce qui est dommage car elles auraient réellement pu permettre de mettre la maison au cœur du film plutôt que d’en faire une sorte d’objectif pour Mirabel. La bande-annonce semblait d’ailleurs tourner autour de cette idée, et il est triste de constater que la maison est finalement assez en retrait.

On retrouve le même problème avec les pouvoirs des membres de la famille Madrigal. Les personnages principaux ont le droit à une chanson expliquant quel est leur don, on les voit les utiliser à tour de rôle au début du film … et c’est tout. Puisque l’intrigue du film repose sur la perte de ces fameux pouvoirs, on ne voit que très peu la famille en action. C’est relativement dommage, car les talents choisis sont intéressants, et les Madrigal auraient peut-être pu interagir en les mettant en commun.

Une technique toujours au point

La famille au complet
La famille au complet ©

Il convient tout de même de noter que d’un point de vue artistique, le film est très joli, même si on a l’habitude avec Disney. L’animation est fluide, l’ambiance est habilement posée grâce à un habillage très coloré, et les designs des personnages reflètent plutôt bien leur caractère. On pourrait toutefois chipoter en notant que le design de l’un des oncles semble avoir été copié-collé de Maui du film Vaiana, et que tous les personnages ne sont pas mémorables non plus.

Quel gâchis que cet Encanto ! Malgré les quelques bonnes idées apportées par les dons des personnages et la personnification de la maison, le film n’arrive jamais à décoller, et on le termine en se disant « c’est tout ? ». Les enfants passeront probablement un bon moment grâce à l’animation soignée et au côté loufoque de l’aventure, mais les parents risque de s’ennuyer à cause du manque d’ambition et d’originalité du film. Il ne reste qu’à espérer que ce ne soit qu’un accident et que Disney ne laisse pas mourir sa magie lui aussi …

Note

Note : 5 sur 10.

5/10

Partager l'article :

Leave a comment